Carnets d’audiences du Ministre en charge des Transports : Une Délégation de la Banque Mondiale chez Monsieur Vincent T. Dabilgou

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

​Crise dans le monde du transport burkinabè : L’UCRB et l’OTRAF fument le calumet de la paix

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

A l’initiative du Haut Conseil de Dialogue Social, une rencontre de conciliation a regroupé les responsables de l’Organisation des Transporteurs du Faso(OTRAF) et de l’Union des Chauffeurs Routiers du Burkina(UCRB) le lundi 17 septembre 2018 au premier ministère, sous la présidence de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre. Cette rencontre avait pour effet de trouver un accord au différend qui oppose les deux organisations du secteur des transports depuis le 24 Août 2018. Ce différend avait abouti à la suspension provisoire des activités des deux organisations par le gouvernement afin de préserver l’ordre public et assurer l’approvisionnement du pays en hydrocarbure.
La rencontre d’échanges a abouti à la signature d’un procès-verbal de conciliation sous l’égide du président du Haut Conseil de Dialogue social, le Professeur Domba Jean Marc PALM:
« Nous donnerons des instructions afin qu’une commission soit constituée pour rassembler l’ensemble des parties (OTRAF, UCRB), le Haut Conseil du Dialogue Social et le gouvernement de manière à ce que les points qui ont été consignés dans le procès-verbal de conciliation et également dans le procès verbal de la réunion tenue le 27 Aout 2018 soient scrupuleusement respectées. Il s’agit de l’amélioration des conditions de vie et de travail des chauffeurs routiers par l’application de la convention collective mais également d’une nouvelle redistribution de la répartition du trafic des marchandises et fret sur les différents corridors sur la base d’un principe qui donne satisfaction à toutes les parties », a déclaré son excellence monsieur le Premier Ministre, Paul Kaba Thiéba, au sortir de la rencontre.
A la faveur de cette rencontre avec le Premier Ministre, l’OTRAF et l’UCRB s’engagent à :
- respecter scrupuleusement la convention 87 de l’OIT sur la liberté syndicale et d’association en renonçant à demander le départ de leur poste d’un ou des dirigeants de l’organisation syndicale ;
-mettre en œuvre les engagements signés à la rencontre du 27 Août 2018 sur la gestion du fret et l’amélioration des conditions de vie des chauffeurs routiers ;
-respecter tous les protocoles et conventions sectorielles qui lient les désorganisations ;
-sensibiliser leurs militants sur le respect mutuel et le principe d’autonomie de chaque organisation ; développer la communication entre les organisations afin d’éviter les situations des conflits ;
-privilégier l’esprit de dialogue entre les deux organisations ;
-préserver les intérêts économiques et sociaux du Burkina Faso, a rassuré le Président de l’OTRAF, Issoufou Maïga.

Selon  EL Hadj Issoufou Maïga de l’OTRAF quand il y’a des problèmes qui dépassent la compétence de deux structures telles que les tiennes, il faut évidemment un arbitrage et un accompagnement. Les engagements pris par le gouvernement de travailler à améliorer les conditions de vie des chauffeurs routiers au niveau des plateformes est un problème qui dépassait la compétence de l’OTRAF parce que c’est hors du pays. Les conditions d’amélioration de la répartition, du fret sont une situation qui date depuis 1984. L’engagement pris ce matin est un renouveau pour le transport au Burkina Faso et ils ont confiance à l’accompagnement de leurs ainés à l’égard de la jeunesse ainsi qu’à toutes les bonnes personnes qui sont là et qui sont engagés à poursuivre les discussions après la levée de la suspension afin que les décisions prises soient respectées et mises en place pour régler le problème de façon efficace et définitive.
 
Pour le président de l’UCRB BRAHIMA RABO, son organisation et l’OTRAF travaillent ensemble depuis la nuit des temps mais cette situation est due au mécontentement de certains membres de l'UCRB. Il se dit satisfait de dénouement heureux des pourparlers. Il s’est engagé à tout mettre en œuvre pour les chauffeurs routiers reprennent le travail dans les jours à venir pour permettre aux populations burkinabè de toujours bénéficier de l’approvisionnement en marchandises et des hydrocarbures.
 
DCPM/ MTMUSR/ Sadia COULIBALY (stagiaire)

Le Ministère des transports outille les journalistes et Communicateur sur le processus de mise en oeuvre du projet de modernisation et de sécurisation des titres de transports

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
Le Ministère des Transports, de la Mobilité Urbaine et de la Sécurité Routière a organisé un atelier de formation sur le projet de Modernisation et de sécurisation des titres de transports et de ré immatriculation des véhicules au profits d’une trentaine de journalistes et communicateurs le mardi 25 septembre 2018 dans la salle de conférence de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile (ANAC). La cérémonie d’ouverture a été marquée par l’allocution du Directeur Général des Transports Terrestres et Maritimes et celle du Directeur de cabinet représentant du Ministre des Transports, de la Mobilité Urbaine et de la Sécurité Routière.  Emmanuel Kouela/ Directeur de Cabinet répresentant le Ministre chargé des transnportsL’atelier à porté sur le thème «  contribution des hommes de médias dans la mise en œuvre du projet. » Cette formation a pour objectif global d’amener les journalistes et communicateurs à s’approprier le processus et le contenu du projet de modernisation et de sécurisation des titres de transport afin d’inciter les usagers et les populations à adhérer et à se conformer à cette volonté gouvernementale qui est de renouveler les titres de transport dans un délai de 36 mois.
 
DCPM/MTMUSR

Adoption et validation du document de politique sectorielle du secteur de planification ’’commerce et services marchands’’

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Dans le cadre de la mise en œuvre de l’objectif stratégique 3.3 du PNDES (dynamiser les secteurs porteurs pour l’économie et les emplois et promouvoir le commerce et l’expansion des industries de services à forte valeur ajoutée et créatrice d’emplois décents), le secteur de planification « commerce et services marchands » dont le chef de file est le Ministère des Transports, de la Mobilité Urbaine et de la Sécurité Routière, a organisé un atelier de validation du document de la politique sectorielle, le vendredi 13 avril 2018 dans la salle de conférence de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile (ANAC).
Il s’agissait pour l’ensemble des acteurs entre autres :
1-d’examiner et adopter la cadre logique de la politique sectorielle 2018-2027 ;
2-d’examiner et adopter le cadre de mesures de la performance de cette politique ;
3-d’examiner et adopter la matrice des réformes stratégiques et d’investissement structurant.
Présidés par le Secrétaire Général du Ministère des Transports, de la Mobilité Urbaine et de la Sécurité Routière, monsieur Issiaka SIGUE, représentant le ministre Vincent Dabilgou, président de la politique sectorielle « Commerce et services marchands », les travaux de l’atelier ont connu la mobilisation de l’ensemble des acteurs invités, les ministères concernés, les collectivités territoriales, le secteur privé, la société civile et les partenaires techniques et financiers. Une fois validé, le document sera soumis au conseil des ministres pour adoption.

Atelier National sur la Mobilité Urbaine durable dans les villes du Burkina Faso.

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Ouverture solennelle de l’atelier National sur la Mobilité Urbaine durable dans les villes du Burkina Faso.
Les travaux de l’atelier National sur la mobilité urbaine ont été officiellement lancés ce matin du 13 mars 2018 à Ouagadougou sur la thématique de la gouvernance et du financement de la mobilité Urbaine ; présidé par le Ministre des Transports de la Mobilité Urbaine et de la Sécurité Routière, et Co organisé avec le soutien de la Banque mondiale, cet atelier a connu la présence de l’ensemble des ministres concernés.
La problématique est plus que d’actualité, les agglomérations mondiales, celles africaines en particulier connaissent une expansion importante qui n’est pas toujours accompagnée d’un accès aux services de transport indispensables pour une vie urbaine épanouie et inclusive à travers une mobilité urbaine durable.
C’est aussi la pierre angulaire de toutes les interventions qui ont fait la part belle aux expériences et aux solutions pour les villes en pleine mutation. Le ministre en charge de la mobilité urbaine en appelle à une synergie d’actions de tous les acteurs, une fédération des énergies pour créer des villes adaptées aux réalités africaines, des villes conviviales et agréables à vivres.
Les membres du gouvernement étaient présents à cet atelier                                           Une vue des participants
Direction de la Communication et de la Presse Ministérielle.